Le Témoin

Fidèle à ses promesses… La clef ultime est le retournement du regard sur l’attention du Témoin vers Soi. Ainsi, tu restes fidèle à tes promesses inconscientes.

Dans le mot « ArTémoin Ligo  » il y a le mot « Art » pour « Image », « Témoin » pour le « Soi », « Moi » pour le « Moi-Témoin » et « Ligo » pour  le « personnage ».

Je vous invite à faire une expérience. Posez la question à qui que ce soit: « Croyez-vous à une puissance supérieure ou quelque chose dans la vie ? » Tous vous répondrons par un oui ou par un non. Tous sans exception se sont posé la question sur le sens de cette vie pas de sens. Mais rare sont ceux qui se sont posés la question: « Qui suis-je véritablement ? »

L’ArTémoin Ligo est une invitation à la liberté en retournant l’attention vers le Témoin afin de connaitre celui, ce « Je » qui perçoit afin de libérer l’identification au personnage et retrouver votre identité profonde.

Cette méthode est une invitation à la paix de l’esprit, d’ouvrir la porte au véritable amour, à la clairvoyance inconsciente ainsi que la voix universelle. En retournant votre regard vers le Témoin en Soi de tous les soi, vous pouvez atteindre un niveau supérieur de conscience, de sagesse d’où aucune forme d’abus de pouvoir ou de violences humaines ne vous gagnera.

L’attention pure te soufflera une évidence ; ton véritable nom !

La synchronicité … Quand l’attention se retourne sur elle-même et que l’on reconnait le reflet de l’autre en soi, nous voyons toute la magie des coïncidences comme la synchronicité s’opérer en un clin d’œil.

Quand je me suis posé spontanément la question ; « qui suis-je réellement ? » et ce, sans référence de guide, je n’ai pas tombé dans un processus de réflexion. Directement mon attention c’est inversé vers mon origine profonde. C’est ce que Jung appelait le « backward flowing of attention » (le courant arrière de l’attention).

Ce fût le grand départ, le vrai basculement de conscience ou le contraire n’existe pas ou il y a aucun compromis. Personne ne pouvait me faire douter de quoi que ce soit. La vie se déployait au grand jour et l’évidence fût.

En réalité cette dimension qui « connait » n’est rattaché à aucune tradition spirituelle ou religieuse, ou d’histoire personnelle mais contient tout l’univers en Soi. Ce « qui suis-je » ? ou ce dont « je suis » ou ce que vous êtes profondément est le contact direct avec l’éternellement présent et nécessite aucune interprétation mentale.

Nous gagnons en maturité quand on reconnait que nous sommes la seule autorité qui se juge envers soi-même. Alors, qu’il n’existe aucune autorité en dehors de Soi, comme il n’a rien en dehors de la conscience. C’est alors que le mental devient serviteur de la paix au lieu de la peur.

Un éveil a débuté à l’âge de dix ans ou l’attention est retournée vers elle-même et j’ai perçu une évidence. Une mémoire figée qui rejouait les mêmes scénarios. À quinze ans, il y a eu un autre retour d’attention vers elle-même et encore une fois émerge une évidence. J’ai perçu l’éternel présence d’amour dans tout ce qui est. Ensuite un éveil plus profond s’est révélé spontanément à l’âge de trente-trois ans en 1986 depuis l’intégration de l’éveil s’élargie de plus en plus et je vis une vie beaucoup plus profonde. Ce passage fût vécu à différents niveaux de la conscience, des plus subtile au plus dense.

N’ayant aucun guide spirituel et aucun mot pour expliquer ce qu’on appelle » l’Éveil impersonnel à la réalisation du Soi ». N’ayant reçu aucune formation psychologique pour percevoir ma conscience conditionnée par des traumas, delà d’une autre révélation à surgit. Mais cette fois-ci ce fût à partir d’une vision d’un personnage que j’appellerais Ligo et il est devenu l’emblème d’une création l’ArTémoin Ligo. Une culture de l’image dans l’image de la perception. Beaucoup d’années se sont écoulées afin d’intégrer l’éveil et pouvoir le partager. Ce passage fût vécu à différents niveaux de la conscience, des plus subtile au plus dense.

Depuis que le monde est monde, la vie joue à s’éveiller à elle-même en faisant l’être à son image. Parmi certains, elle s’est montrée à nue à travers J. Krishnamurti, Jean Klein, Ramana Maharishi, Mooji, Niargadatta Maharaj, Eckhart Tolle, Tony Person et bien d’autres. C’est grâce à leur témoignage de l’éveil que j’ai pu comprendre ce qui m’arrivait pour mieux le verbaliser aujourd’hui. Nous avons tous le même discours :

« Retourne ton regard vers celui qui regarde “Celui” qui regarde ! » « Regarde ce « Je » ce Témoin qui perçoit est votre vraie nature et il n’y a aucun identifiant juste vous-même. C’est le retour à la maison, la vraie retrouvaille ! Tout est parfait ! … « 

Le retour chez soi

Le nid… Le retour vers l’unité globale de l’être.

Le retour du Témoin vers sa conscience permet de s’allier à l’espace silencieux, espace de vérité, le vide et le plein, l’espace que nous sommes. On nage directement dans le cœur de l’être essentiel où la liberté est à son rendez-vous. Tournez votre attention vers le sujet qui perçoit, il est la source du mot « je » et c’est le Soi, le Soi de tous les soi. »
Essayez-le maintenant ! Déjà, on s’éveille à la détente extrême et doucement se révèle la présence radieuse que nous sommes, déjà éternellement présente. Ainsi, nous pouvons réaliser que tout l’univers est en soi et cela va de soi que le monde extérieur et intérieur ne fait qu’un. Vous réaliserez que toutes les mémoires sont déjà inscrites.

Dans l’immobilité de l’être permettez-vous de regarder ce qui est permanent et impermanent. Voici la clef des sages:

« Trouvez ce qui ne change pas en arrière-plan, ce qui reste permanent et voyez en avant plan du jeu de la vie le changement, l’impermanence des choses. Mettez votre attention sur ce qui ne change pas et vous verrez que même ce qui change devient ce qui ne change pas. « 

En le prouvant à soi-même, vous percevrez d’avantage qu’en méditant sur un objet, concret ou abstrait, non seulement vous bloquez votre ressenti mais vous détruisez l’impression d’unité et créez la dualité. Méditez plutôt sur « Cela » sur « Celui » qui voit et vous m’en donnerez des nouvelles.

C’est grâce à cet éveil de l’intelligence et en vous abreuvant librement de votre propre lumière que vous reconnaîtrez qu’il n’y a jamais eu de séparation entre l’écrivain et le lecteur. Il n’y a jamais eu personne, il n’y avait qu’apparence. Seul le Témoin existe, rien n’existe en dehors de lui.

À travers une grande simplicité vous goûterez à tout jamais à cette dimension qui « connait », aucun sentiment de solitude d’isolement ne vous habitera par la suite. Au contraire ! La reconnaissance de Soi, nous plonge immédiatement dans la solitude graciée au-delà de temps et de l’espace. C’est ainsi qu’on te soufflera ton vrai nom !

Search

Categories

Vertical Menu