L’éveil impersonnel

Fêtes tes vœux, tu es déjà l’impersonnel « Soi ». Il te reste simplement à vivre la réalisation du Soi.

Là, j’écoute …

Un matin, à peine j’ouvre le local de mon entreprise que j’arrête là. J’écoute et quelque chose de puissant, d’absolue attire mon attention comme une puissante inspiration comme une attention immédiate sans idée préconçue, sans appréhension me pousse à quitter précipitamment les lieux pour me diriger vers l’extérieur.  

Je reste là debout, immobile, pendant je ne sais combien de temps, au beau milieu de la chaussée, paralysée, un véhicule aurait pu me frapper. Je suis traversé tout en douceur par cette attention qui se déploie à l’infinie dans un mouvement sans fin. En même temps toute action est immobilisée, je suis même au delà de tout ce qui est vécu.

À la limite prétentieux, à l’idée de vous expliquer ce que nous sommes réellement. Impossible pour l’intelligence humaine de décrire l’insaisissable qui est sans mot. Cette réponse à la vie est non-mental, elle se vit. Ainsi sans le savoir, c’était l’appel à l’unité.

Je suis autant le Témoin de tout ce qui est que celui qui fait tout exister. Je suis, nous sommes ce que j’appellerais le VivanTémoin ou tout ce qui est, est relié à la présence qui s’exprime. Je réalise que je suis au-delà de l’espace où apparait le monde de la forme, de l’image de la couleur. Nous sommes au-delà de la sensation et il n’existe aucun identifiant. En même temps, j’entends tout l’univers à la fois et toutes les mémoires sont déjà inscrites.

Je vis une libération extrême, ma nature est paix. Enfin ! La réelle identité est accessible mais ce mystère est insaisissable. Je me souviens qui « je suis » et je sais que tous le savent intuitivement qui ils sont vraiment. J’accueil tout ce qui est, il n’existe aucun « je » dans le non manifesté et mon corps fond a vu d’oeil et mes mémoires sont parmi les autres. Je suis autant l’impersonnel, l’intemporel que nous sommes tous le « UN » dans toutes choses. Aucune peur ne m’habite, tout est paix et tout est parfaitement orchestré d’une façon que tous les évènement sont inter dépendant…

L’oeuvre du Vivant à créé à son image l’être et tout ce qui est. À travers son véritable amour, il a créé une musique parfaite et ce, sans fausse note. Je suis morte de rire de voir que nous ne rêvons simplement de nous-même à travers l’emblème de l’image de chaque univers.

Le retournement du regard

Le nid… Le retour vers l’unité globale de l’être.

Quand j’ai vécu cet éveil plus profond que dans ma jeunesse, je n’avais pas ces mots pour le partager. La plupart qui l’ont vécus avons à peu près le même langage et personne ne peut nous faire douter de ce que nous avons vécu. Cet r-éveil est tellement simple qu’il devient compliquer a saisir puisque ce rappel est non-mental. Cette réalisation du Soi se vit et les mots sont sans mot. 

Il s’agit simplement de retourner le regard vers votre esprit, celui qui regarde et vous vous éveillerez à celui qui perçoit le « Je » et tout sera heureux. Soyez dans l’immuabilité de l’être véritable et vous vous établirez dans la vérité et l’action juste. Vous ne pourrez qu’accepter la vie comme elle tellement sa connaissance est infinie.

N’attendez pas de voir la lumière au bout du Tunnel pour vivre le paradis. La vie vous offre cette opportunité à chaque instant. Pour avoir accompagnée des gens en phase terminale, au moment où ils font fait face à la mort, ils font face à un mur et c’est là qu’ils ont rien à perdre. Quand il s’intériorise en eux, on peut voir sur leur visage un sourire à peine dévoilé. L’attention pure c’est retournée sur elle-même afin de vivre l’évidence de la vie. Ils venaient de s’éveiller à la paix de l’être véritable, à ce qu’ils ont d’inné en eux et qui ne peut partir. Certains diront : « Si je l’avais su j’aurais vécu ma vie autrement ».

Le Soleil, là, à tout jamais c’est vous!

Comme Marion et Gérald le disent bien:

« C’est le saut dans l’inconnaissable. Nous sommes très exactement celui qui connait tout ce qui peut être connu et qui lui-même ne peut pas être connu. Il est ni saisi, ni nommer. Donc on ne peut rien dire. Avant que le monde soit; « je suis » »

Jeff Foster en Français

Vous n’êtes pas piégé “dans” un corps. Le corps – qui apparaît en tant que sensation présente – naît et disparaît dans l’immensité de ce que vous êtes, la Présence elle-même, et non l’inverse. Cette reconnaissance change tout, car vous êtes à présent le parent aimant du corps, son étreinte inconditionnelle, et non son esclave ou sa victime. Rappelez-vous Jésus sur la croix. Ses os furent cassés, sa peau fut entaillée, son corps fut brisé, mais qui il était vraiment – la Présence elle-même – ne fut pas atteint par l’ignorance du monde. Il savait qui il était, même au cœur de la douleur.

Cessez d’essayer de changer le monde. C’est une bataille sans fin. Commencez par aimer le monde tel qu’il est. Et cela commence à tout changer.

Il y a une lumière qui ne s’éteint jamais, et c’est Vous.

Le mouvement immuable

Nous sommes forcés de reconnaître que nous vivons sous le pouvoir du mouvement de la vie. Nous pouvons être dans un état de résilience continue où nous développons nos capacités de soumission, d’adaptation et même l’acceptation. Mais pouvons-nous être libre et totalement heureux simplement en changeant notre regard sur la vie ? Je vous dirais que vous avez ici une belle opportunité pour le réaliser.

Search

Categories

Vertical Menu