Ligo

« Je suis Ligo
Un oiseau qui court toujours après le Soleil pour mieux éclairer sa vie sur Terre.
Je réalise avec le temps que je suis Lumière
Je suis libre !
Je prends conscience avec amour
que je suis en totale unité avec l’Univers.
Je me dis :
« Celui qui voit le Soleil à l’intérieur d’un être
découvre en lui-même son nom ! »

La dernière phrase de ce poème est très significative :

« Celui qui voit le Soleil à l’intérieur d’un être découvre en lui-même son nom » 

Cette phrase évoque le moment après l’éveil. Elle me fut inspirée d’une première rencontre thérapeutique. À mes yeux, non seulement la personne devant moi disparaissait, mais elle laissait place à toute l’énergie de l’univers en elle, au Soleil, à la Lune, à la Terre …  Simultanément, j’étais en contact avec la même résonance au niveau de la conscience. J’étais en présence de la même énergie, de la même Lumière en moi. Aucune identité ne nous habitait. Nous étions tous deux marqués du même nom : Lumière (sans nom). Nous étions tout ce qui est sans division.

Quand j’ai été saisie non seulement de l’origine de l’existence, mais aussi par l’évidence que le corps et tout l’univers sont en nous, j’ai pu voir clairement l’Autre en moi. L’Autre en face de moi, cet Enseignant, ce Soleil rayonnant d’une Lumière infinie, me renvoyait la même Lumière que je lui attribuais et faisait résonner la même dénomination en moi. Nous sommes tous sans exception cette manifestation de Lumière émanant de la Source que j’appellerais le VivanTémoin; le Soi.

Quand je vis une vraie relation sans filtre, sans barrière égotique, une reconnaissance totale de l’Autre en moi voit le jour. Voilà le véritable amour.

Ligo, le miroir de ma perception intime, m’a beaucoup aidé à abandonner ce personnage né et cultivé depuis l’enfance. Il mettait en lumière autant des traumatismes importants que l’adoption de fausses croyances causées par des abus de pouvoir.

Nous avons tous nos labeurs et une histoire à raconter. Cet Art sur la culture de l’image de la perception permet dans le calme de la tranquillité de revenir continuellement dans notre demeure en le Soi afin de la comprendre. Puis un jour naturellement, nous arrêtons d’être dupé par l’ego mentalisé par ses concepts de vie afin de rester chez nous bien au chaud.

La naissance du personnage Ligo

Voici la vision et la première représentation. Ne vous gênez surtout pas pour rire ! Avec ses yeux en spirales, ce personnage vit de toute évidence dans sa bulle. Pourquoi donc un si gros nez ? Et ce nœud papillon, ces ailes étalées, gonflées même, arborant un torse comme un homme ?

Le jours ou l’Oiseau Ligo m’est apparu en vision, je l’ai accouché aussitôt sur une page blanche. Dans ce processus libérateur de dessins intuitifs, le fait d’être confrontée à une page blanche a été pour moi une étape importante qui m’a permis de dépasser mes appréhensions.

Prendre contact avec soi-même peut sembler très simple, mais en même temps, ce peut être très perturbant. Face à la peur de l’inconnu, je suis bouleversée par le fait de me voir telle que je suis. Il est hallucinant de réaliser à quel point on accumule des souvenirs dont on est inconscient qu’ils vont agir dans nos vies. Je peux témoigner : nous sommes vraiment la proie de nos mémoires et bien souvent de peurs irrationnelles venant de notre enfance.

Lorsque celles-ci rejaillissent à travers des dessins improvisés, des libérations s’ensuivent et un profond sentiment d’allégement se fait sentir dans tout l’être, procurant un effet bienfaisant sur tout le fonctionnement mental et physique.

Les jours suivants, après un certain moment de détachement, je suis à nouveau submergée par un sentiment de bonheur familier et merveilleux au plus profond de mon être. Je dessine ce personnage ludique, presque androgyne, sous diverses formes, en écho avec mon ressenti, toujours accompagné du Soleil, de la Terre et de la Lune. Ce faisant, des images de mon enfance remontent soudainement à ma conscience.

Un jour, en observant tous ces dessins étalés sur ma table, je fais un constat merveilleux. Je découvre dans ces dessins un ordre chronologique correspondant à mon vécu et je m’exclame avec surprise : « Mais, c’est moi, c’est ma vie que je dessine à travers cet Oiseau ! »

La naissance de la Méthode « ArTémoin Ligo »

Le Témoin … Le Moi-Témoin inscrit toutes les mémoires dans le corps et la revêt d’une essence charnelle pour se rendre visible.

À partir de ce moment, je me suis souvenu que je dormais à l’âge de dix ans sur la galerie et je parlais avec mon ami imaginaire le Soleil. Cette lumière me rassurait sachant qu’il sera là à tous les jours. Un autre point culminant de ma vie a été dans cette même année où je vis un abus de pouvoir par un homme en attendant l’autobus. Avez-vous déjà vécu ce moment où l’attention se retourne sur elle-même et nous dévoile une évidence en soi ? Grâce cette attention naturelle, simultanément j’avais perçu et compris que tous les événements sont inters reliés par la mémoire.

J’avais compris quelque chose d’important mais je ne saisissais pas encore à l’époque toute l’ampleur de sa portée. Mais je savais qu’un jour j’aurais ma réponse. Ce jour est arriver en 1986, à trente-trois ans C’est alors que je me pose la question:

« Comment je peux prouver que le monde intérieur et extérieur fusionnement ensemble ? Comment je peux prouver que nous avons toutes nos réponses en nous et que nous avons une perception unique définie par nos propres symboliques ? »

Je ferme mes yeux pour me reposer ses mêmes questionnements et à peine ces paroles prononcées, je perçois la vision de l’oiseau Ligo. Mais cette fois-ci, il est tout en bleu s’envolant dans un ciel vers ma droite. C’est comme si cette image dévoile un mode de fonctionnement profond et secret, une photographie prise dans un temps précis. Une perception-image unique et intime où tous les liens significatifs apparaissent dans chaque détail de l’image. Même son emplacement de l’image donne réponse à une mémoire figée.

Grâce à cette auto enquête biographique, elle me donnait la possibilité de toucher à la racine d’une mémoire figée. C’est ainsi que j’ai pu mettre en lumière ses conditionnements afin de pouvoir comprendre leur histoire et progressivement les libérer.

Le fait d’être juste là, consciente de ce que je ressens dans l’instant, me permet d’établir des liens entre le passé et mes réactions présentes afin de ne plus les projeter. Dans cet état d’esprit, nous devenons le Témoin privilégié de la danse dualiste entre le Moi-Témoin et le faux-moi du personnage.

D’un naturel joyeux et créatif, je tiens à vous dire que jamais je n’aurais pensé offrir une si grande résistance à ma liberté d’expression. En même temps, cela a été un bonheur et une quête inspirante vers mon monde particulier et pour l’ouverture vers le monde. 

La joie de la liberté dans la libération

Voici la deuxième représentation qui n’est pas venu d’une vision, je l’ai imaginé de côté. De profil, d’autres traits se remarquent : si la coupe de cheveux reste la même, ses joues sont devenues un peu plus rouges. Aurait-il honte ? Sa tête, légèrement penchée vers l’avant, surmonte un long cou, orné à la base d’une pomme d’Adam proéminente, caractéristique assurément masculine. Au premier regard, ses jambes arquées vers l’intérieur lui donnent un air comique. Ses griffes qui semblent agripper le nuage me laissent perplexe. Un nom s’impose spontanément à mon esprit : Dindounet.

Quand j’ai eu la vision du personnage Ligo, j’ai perçu aussi à travers son image, l’image de ma perception sur ma réalité. Ainsi que toutes les parties de l’image avait sa révélation, sa propre perception afin de comprendre le monde particulier du personnage cultivé. Cette méthode vous donne la chance de découvrir à travers tous ses exercices, le rappel à l’attention naturelle qui se retourne vers elle-même qui souvent sans vous en rendre compte émerge une évidence en vous.

La perception du personnage

L’engagement …Je suis le seul personnage que j’engage à temps plein pour jouer à changer son image afin de trouver son emblème.

En réalité, la vie joue un personnage à travers l’emblème de son image basées sur ses mémoires afin d’en faire des petites histoires à travers le grand oeuvre de sa propre vie. Un monde secret en nous est en lien direct avec notre dimension le Soi intemporel et un vaste univers de mémoires symboliques et de révélations intérieures allant au-delà de la conception commune du moi psychologique.

Il semblerait que la vie expérimente à travers la peur et la paix afin d’en faire une histoire, une narration. Mais quelque fois, elle s’identifie à l’emblème de son image, son personnage en pensant être l’auteur de ses pensées. Elle en souffrira jusqu’au jour où sa conscience prend conscience d’elle-même.

Essayez-le ! Ne me croyez surtout pas mais investiguez sur le Témoin qui perçoit. C’est quelque chose que vous devez vous prouvez seulement à vous-même. Personne aucune méthode ne peut le faire à votre place. Il faut croire que c’est par la perception unique que l’être surgi à sa propre vérité.

Le libre arbitre se retrouve simplement dans le retournement du regard de ce « je » qui perçoit. D’être dans l’immobilité de la paix à travers le Soi, le Témoin non seulement, tu retrouves en toute conscience ton pouvoir de perception mais ta vie t’appartient, C’est la détente extrême ! C’est le plus beau cadeau que l’on peut se donner. Dans cette position stable, on peut aussi suivre l’attraction de l’esprit qui s’engage dans la dualité afin de comprendre sa division à travers l’image de sa perception. C’est ainsi votre vie est parfaitement mise à nue et delà le discernement comme l’évidence émerge.

Search

Categories

Vertical Menu