Méditation

L’envol de la Conscience 

Voici une méditation claire que vous pouvez utiliser en tout temps, même les yeux ouvert en marchant. Vous êtes à la fois centré intérieurement sans pour autant perdre la conscience du monde extérieur. C’est le retournement du Témoin vers le Témoin qui rejoint la méditation des anciens. C’est le retour du regard vers le Témoin qui prend conscience de lui-même. Immédiatement, vous goutez à l’origine de toute vie. Non seulement, vous retrouvez la paix mais une conscience éveillée voit le jour pour prendre son envol à tout jamais.

 

Fêtes tes vœux, tu es déjà réaliser !  

Regardez l’image et retournez votre regard vers celui qui est Témoin de tout ce qui est. Il y a seulement vous qui exister. Le corps et ses mémoires disparaît et réalisez cet état de présence . Le Témoin prend conscience de sa conscience.  Habitez cette attention pure et en un instant, vous  savourez l’immobilité apaisante puis voyez le mouvement en toute chose. Quand le Témoin voit tout ce qui est vu dans l’immobilité et le Vivant, le mouvement qui fait tout exister, c’est la conscience éveillée. Vous êtes le VivanTémoin, un seul esprit, une seule conscience qui s’éveille à elle-même. Si vous voyez cela, vous verrez l’évidence de la délivrance.

Observez l’observateur et ne vous identifiez plus aux images, pensées en action. Vous êtes au-delà de tout conditionnement sans pour autant le reconnaître. Ne brimez jamais les émotions par une méditation focalisée sur le mental, celles-ci sont des perles de libération qui nettoies l’Œil ouvert. Laissez la vie être la vie émerger à travers le corps. Vous verrez surgir la naissance d’un présence, d’une attention naturelle agir sans l’ordre du mental. Vos actions seront autant d’actualités que d’avant garde. Vous serez enfin rassurer par la vie.

Réalisez la paix qui vous habite déjà, observez la conspiration de la peur avec la vie qui la protège. vous verrez que les formes imagées et les couleurs sont les bijoux d’un absolue. Il ne peut y avoir que lumière, paix, bonheur, amour et joie de vivre puisque c’est l’origine profonde. Tout ce que vous voulez être, vous l’êtes déjà !

 

Retourner la flèche de l’attention : Être conscient d’être conscient ; Ramenez le regard à la source de l’esprit

Compilation de textes choisis afin d’appliquer le « retournement de la conscience« 

http://www.reikido-france.com/retournement_conscience.html

 

Comment percevoir notre vraie nature ? Cela qui perçoit est notre vraie nature.

Hui Hai

 

Retourne ta vision, et le secret sera là !

Houei-Neng

 

Tourne ton visage vers ton propre visage. Il n’y a personne que toi-même.

Rûmi

 

Au lieu de diriger la conscience vers l’extérieur ou l’intérieur, tournez-la vers elle-même et découvrez que vous êtes la Conscience même.

Michaël Szype

 

Soyez le thème même de votre méditation.

Nisargadatta Maharaj

Retourner le regard vers sa source… C’est un regard impersonnel.

Le retour propose un mouvement inverse, une conversion du regard, un virage à cent-quatre-vingts degrés, une nage à contre-courant vers l’abîme d’où surgit la naissance, une soif irrésistible de la source originelle qui déjà augure des retrouvailles. Inlassablement revenir, revenir à la maison. Le récit du retour est celui de l’enfant prodigue.

Jacques Goorma

Montrez-vous vous même du doigt et observez !

Ramana Maharshi

Voici une autre instruction essentielle, tirée de l’Istopadesha (tradition Indienne advaita) :

Regarde ce grâce à quoi tu regardes. Si tu vois cela, Tu vois tout.

 

Concentrez votre pensée sur Cela qui voit

Ramana Maharshi

 

Regarde “celui” qui regarde !

Un grand maître de méditation dzogchen donna une de ses photos dédicacée à un disciple. Celle-ci comportait l’instruction essentielle suivante :

Regarde cette photo, Puis regarde ton esprit, Regarde celui qui regarde. Si tu vois cela, tu es le vainqueur.

Dudjom Rinpoche

 

Il suffit de retourner le regard vers ce qui regarde

Cette ultime réalité est cela qui connaît et qui est inné en vous. Plus précisément, ce n’est pas juste une conscience en général, mais la conscience qui a conscience d’elle-même. On l’appelle donc “conscience de soi, présence éveillée, conscience originelle”. La présence éveillée est présente avant toute pensée, avant toute sensation. Tout baigne en elle. Nous sommes cette présence. Il suffit de retourner le regard vers ce qui regarde.

Mingyur Rinpoche

 

Et dès que vous tournez votre regard nu sur vous-même, Ce regard qui n’a rien à voir débouche sur la clarté, La Présence dans son évidence, nue et vive…

Padmasambhava

 

Méthode vivante du retournement de la lumière

Tiré du classique Taoiste Le Secret de la Fleur d’Or (traduction Thomas Cleary)

  1. Point n’est besoin d’abandonner vos occupations ordinaires tandis que vous      pratiquez le retournement de la lumière. Comme disait un ancien : « Quand des situations se présentent, il faut réagir. Quand des choses se présentent, il faut    discerner. »
  2. Si vous gérez vos occupations avec une vigilance précise, la lumière ne sera pas submergée par les choses. Aussi convient-il de répéter maintes fois ce retournement      « sans forme » de la lumière.
  3. Si vous pouvez inlassablement « ramener le regard » à la source de l’esprit, quoi que vous fassiez alors et sans vous attacher à la moindre image d’une « personne » ou d’un « soi », ce sera le « retournement de la lumière où que l’on soit ». C’est la meilleure des pratiques.
  4.  Si vous pouvez passer une ou deux heures tranquilles à méditer, tôt le matin, l’esprit dégagé de tout objet, voilà ce qu’il y a de mieux. Quand vous êtes occupé par votre travail ou par des rapports avec les autres, recourez à la technique du « ramener le regard » et il n’y aura pas d’interruption [de votre pratique]. Si vous pratiquez ainsi pendant deux ou trois mois, nul doute que les grands éveillés du Ciel confirmeront votre expérience.

 

Retourner la conscience sur elle-même

Un passage du fameux Fukanzazengi nous semble particulièrement intéressant dans la mesure où il rectifie un point important. Dogen nous dit en effet qu’il faut « apprendre l’introspection qui dirige la lumière vers l’intérieur, pour illuminer notre vraie nature. Le corps et l’âme d’eux-mêmes s’estomperont, et notre visage originel se révélera». Qu’est-ce que cette introspection qui dirige ou retourne la lumière vers l’intérieur pour illuminer notre vraie nature ? Il s’agit simplement de retourner la conscience sur elle-même, soit d’observer l’observateur. Contrairement à ce qui est souvent enseigné, il ne faut ni se concentrer sur la posture, ni sur la respiration, ni même observer les pensées, mais uniquement prendre conscience de notre propre conscience. Ainsi, nous nous établissons dans la nature de l’esprit que Dogen nomme Hishiryo. Hishiryo n’est autre que notre conscience consciente d’elle-même dans laquelle pensées et absence de pensées prennent place. Comme elle n’est pas affectée par les pensées, nous pouvons les laisser s’écouler librement sans que leur mouvement n’affecte notre état contemplatif. En pratiquant le retournement de la conscience sur elle-même, notre vraie nature (visage originel) se révèle d’elle-même, car l’essence de l’esprit est à la source de la conscience ordinaire. Avec un peu de pratique, notre corps et nos pensées sont perçus comme irréels, flottant comme des hologrammes dans l’espace de la conscience vide et radieuse. Ce dépouillement du corps et de l’esprit par le retour de la lumière n’est autre que la voie directe du Zen qui pointe directement vers la nature de l’esprit pour s’éveiller et accomplir la voie du Bouddha. Comme Hishiryo est notre état naturel lorsque l’on renonce à tout effort, il n’y a rien à faire. Il faut juste s’asseoir (Shikantaza). Comme cette non-pratique ne fait que clarifier notre nature originelle voilée par les cinq skandhas, l’éveil n’est pas une finalité à atteindre pour Dogen, mais le dévoilement de notre nature de Bouddha.

 

Texte tiré du blog « Un Vide Insondable », qui a malheureusement fermé.

Vous devez en conséquence abandonner une pratique fondée sur la compréhension intellectuelle, courant après les mots et vous en tenant à la lettre. Vous devez apprendre le demi-tour qui dirige la lumière vers l’intérieur pour illuminer votre véritable nature. Le corps et l’âme d’eux-mêmes s’effaceront, et votre visage originel apparaîtra. Si vous voulez atteindre l’Éveil, vous devez pratiquer l’Éveil sans tarder.

Dôgen

La nature de l’esprit, claire et vide, est naturellement limpide. Quand l’esprit regarde l’esprit, toutes les apparences arrivent à leur terme. Repose en cet état où il n’y a rien à voir – ni sujet, ni objet. Tel est l’abîme de la nature de l’esprit en lequel l’objet à méditer est libéré en pure présence.

L’essence du coeur

 

Retourner la conscience vers l’attention elle-même

Eckhart Tolle

C’est quelque chose de très immédiat. Je vous demande de diriger votre attention au centre de votre attention, loin de perceptions sensorielles, pas même de porter votre attention sur quoi que ce soit. Ce que je vous demande de faire, c’est de mettre toute votre attention sur le fait que vous êtes conscient. On pourrait dire que la conscience se retourne vers l’attention elle-même. Donc, la conscience, ce qui auparavant était placée sur les perceptions des sens, se retourne maintenant. Et la conscience, qui avant était occupée par toutes sortes de choses, y compris les pensées – qui sont aussi des choses – la conscience se retourne vers elle-même et réalise l’état de présence… Cette présence non-manifestée et éternelle qui est à la base de l’expérience que vous faites actuellement.

 

Le retournement de l’attention vers sa propre source

Bien que le seul geste véritablement spirituel demeure la chose la plus ignorée au monde, il est en même temps d’une simplicité enfantine. Il s’agit du retournement de la flèche de l’attention à 180 ° vers ce qui perçoit. Dans ce retournement de l’attention vers sa propre source, toute l’activité égotique de la recherche vers un mieux plus tard ou ailleurs s’arrête. Nous découvrons alors avec stupeur et émerveillement, en amont des pensées et des perceptions, une Présence silencieuse et éveillée, sans commencement et sans fin, disponible depuis toujours.

Dan Speerschneider

Search

Categories

Vertical Menu